SITE EN CONSTRUCTION

Phénix

J’ai demande «est-ce que tu as qqch à dire par rapport à ton âge de départ?

Pourquoi les humains se limitent-ils ?

Le corps, le temps, l’espace… Vous ne voyez que des limites et des injustices.

J’aimerais pouvoir vous expliquer les pourquoi du comment de mon départ vécu soudain pour ma famille. Mais je ne peux que dire (pour l’instant) qu’il est juste et bon pour moi, de partir maintenant. J’ai choisi la maladie plutôt que l’accident, pour avoir le temps et laisser le temps de nous aimer encore jusqu’à la fin, et non partir brutalement, sans explication/éclaircissement. Grâce à cela, nous avons du temps. Et cela génère des questions. Grâce à cela, nous avons eu l’extraordinaire chance de communiquer, de nous dire au revoir et nous aimer encore. J’aime ce temps car il est doux. Peut-être soudain, c’est vrai, mais amour et douceur.

(sourires) Mon corps part en biberinne. Mais est-ce grave ? A vrai dire, il m’aura servi à vous rencontrer, à vous toucher, à recevoir de vous. A découvrir ce monde dont on entend parler depuis les confins de l’univers. Ce monde si spécial. Aimez-le, car il vous aime. Je l’ai senti à travers mes pattes et mes coussinets. Et je l’ai aimé aussi, en retour, beaucoup. Maintenant, c’est mon heure et je suis en paix. Soyez le aussi.

Je n’ai rien à dire sur l’injustice, je ne comprends pas ce terme. Ma vision est toute autre. Et c’est un concept totalement humain pour vous faire croire qu’il y a une justice. Vous faire croire qu’il y a un bon et un faux. Vous faire croire… Croire en ce qu’ils veulent, en ce qui les arrange. C’est de la manipulation. La vie est «bonne», parfaite, juste ; en fait, elle est amour, et c’est tout. Je vous aime à mon tour également.

Ne pleurez pas ma mort, ce n’est pas la fin, ce n’est qu’un autre état, un autre début.

Soyez heureux pour moi car je m’en vais vers d’autres contrées et d’autres aventures.

Aimons nous encore le temps d’un battement de cils. Nous en avons encore l’occasion. S’il vous plait. Aimons nous, tout simplement.